News

chômage temporaire pour cause de force majeure  » COVID19 «
18mar

Coronavirus - Chômage temporaire, les démarches à suivre

Votre employeur a demandé le chômage temporaire pour cause de force majeure  » COVID19 « (formulaire C3.2) ? Il doit vous remettre une copie de cette demande.

CE QUE VOUS DEVEZ FAIRE

  • Si vous avez déjà chômé au cours des 36 derniers mois chez votre employeur actuel et que votre situation personnelle n’a pas changé : Complétez la carte de contrôle remise par votre employeur et fin du mois mettez-la dans la boîte aux lettres de votre bureau FGTB.
  • Si vous n’avez pas chômé au cours des 36 derniers mois ou que votre situation personnelle a changé : Appelez-nous au ou envoyez-nous un mail : info-bw@fgtb.be 

A COMBIEN S’ELEVE L’INDEMNITE ?

Si vous êtes un travailleur à temps plein, un travailleur à temps partiel assimilé à un travailleur à temps plein ou un travailleur à temps partiel volontaire, il est tenu compte du dernier salaire gagné pendant le cycle de travail en cours. Le salaire pris en considération est toutefois plafonné à 2.754,76 EUR. Si vous gagnez plus, votre prestation sera calculée sur ce salaire plafonné.

Quelle que soit votre situation familiale, vous recevrez 70 % de votre salaire, plafonné le cas échéant. C’est – à – dire un maximum de 1928€ brut au prorata des jours prestés. Cette allocation sera soumise à un précomtpe professionnel de 26.75%.

QUI A DROIT AU CHOMAGE TEMPORAIRE POUR FORCE MAJEURE ?

  • Les ouvriers, les employés et les cadres de l’entreprise qui a introduit la demande
  • Les travailleurs intérimaires à condition que ceux-ci soient occupés dans l’entreprise après la période de force majeure
  • Les apprentis qui suivent une formation en alternance.

Les étudiants jobistes ne peuvent pas être en chômage temporaire. Ils doivent contacter l’employeur, celui-ci aura la possibilité de conserver les heures de l’étudiant et les lui rémunérer le cas échéants. Sinon l’employeur devra modifier les heures réservées dans la Dimona.

Attention ! Les entreprises qui prennent des mesures  » préventives  » afin d’éviter que leurs travailleurs soient contaminés par le coronavirus ne peuvent pas demander de chômage temporaire pour force majeure.